Version Live : l'article complet, avant les coupures dues aux contraintes de publication






Qu'est-ce qu'on attend pour en savoir plus sur « K'eskon attend » ?
Dans le numéro 4 de « K'eskon attend », petit magazine des « impatients », on s'attend à trouver, comme d'habitude, une couverture attrayante, des dessins d'élèves, différentes rubriques accrocheuses, des articles plus ou moins décalés (« Les parents, la honte », « Glandeurs forever »), mais aussi des sujets sérieux, riches(« La biodiversité », « Les Indiens Arhuacos »), engagés (« Les droits de l'homme en Chine », rubrique récurrente), des mises en pages diverses et originales : bref, on aime !
Qu'est-ce qu'on attend pour visiter la rédaction de « K'eskon attend » ?
A Descartes, on entre par la cour d'Honneur : la grandeur du lieu nous laisse sans voix, on a l'impression d'être tout petit. Pour se rendre dans la salle de rédaction de la classe journalisme, il faut emprunter un vieil escalier en bois dont les marches et la rambarde craquent... Au fond d'un couloir, le mystère s'estompe : on découvre une salle originale et chalereuse. Elle a été entièrement refaite par les élèves de la classe journalisme. Aux murs, on voit des citations, quatre horloges à l'heure de quatre grande métopoles mondiales, et le (long !) chemin de fer du numéro 4 du journal. Au centre, une immense table ovale rappelle la table ronde des chevaliers de Camelot.
L'ambiance est au travail, les élèves sont plongés dans l'écriture. Imperturbables ! C'est qu'ils sont aux 35 heures, déjà ! Certains d'entre eux, en tout cas, qui cumulent les options européenne, latin et classe journalisme !
Ensemble, autonomes
Souvent, les élèves partent en reportages, seuls ou en groupes ; ces sorties se font sur le temps libre (vacances, mercredi après-midi, week-end). Les sujets de reportages sont liés à la ligne éditoriale : informer les jeunes de 14-15 ans de la vie culturelle à Châtelleraut. Les élèves se sont inscrits dans cette classe pour l'expérience du journalisme, pour écrire, pour découvrir des choses et les faire découvrir à leur tour. Le plus difficile ? Trouver un angle d'attaque pour l'article.
Trois d'entre eux veulent devenir journalistes : Manon, Carène et Robin. Selon Carène, cette classe lui permet d'approfondir ce qu'elle voit tous les jours, elle ne regarde plus les informations télévisées comme avant.
Le travail d'investissement de chaque élève dans ce journal est évalué en fin de trimestre, sous la forme d'une appréciation dans le bulletin, en fonction de l'implication dans le blog des classes journalisme ( http://maclassejournalisme.blogspot.com/ ), dans les conférences de rédaction, dans les revues de presse, les recherches d'information au C.D.I., mais également selon la pertinence du travail d'écriture.
Alors, heureux ?
Travailler plus pour gagner plus... de culture ? Les élèves semblent apprécier leur travail, ils sont motivés, intéressants et nous attendons leur journal avec impatience !


Alice, Corine, Emilie, Léa, Margaux,Faraès, Félix, Sylvain, rédacteurs à Z.E.P

Commentaires

La Bavarde a dit…
Voila, c'est ici que je voulais mettre un commentaire.
DOnc, je trouve que nous avons bien travailler !
On a réussi a faire pas trop vielliot cmme dirait Sylvain ^^
Miss Horse a dit…
cette journée elle top et on a réussi a faire un super article et félicitation a Descarte qui on rfait un tréjoli article sur nous.
HUP POUR LES CLASSE JOURNALISTES!!
Aleda a dit…
You write very well.