Morceaux choisis


Pour vous, en exclusivité, quelques morceaux choisis parmi les articles rédigés à la suite de la matinée avec John Paul.


Nous arrivons au générique de fin du film "Madâme", tout à coup, arrive discrètement un homme assez grand, habillé simplement (même pas de costume !) et tout le monde s'est mis à applaudir cet homme. Car c'était bien John Paul Lepers !

(...)

Elèves : Quels sont les thèmes de reportage que vous préférez ?

J.P.Lepers : Bah, j'aurais bien fait l'animalier !!! Mais autrement, je trouve passionnant d'aller à la guerre. J'ai arrêté car mes enfants avaient peur...

Elèves : Quels conseils pourriez-vous nous donner pour être journalistes ?

J.P. Lepers : Je vous dirais qu'il faut être curieux pour être journaliste, et courageux, et avoir de la culture générale !


Voilà, nous on lui posait des questions comme ça, puis l'une de nous lui a demandé : "Est-ce que vous avez rencontré beaucoup de stars ?". Il a répondu que ça ne l'intéressait pas, mais il n'a pas envoyé balader celle qui a posé la question, il a répondu tout simplement.


Extraits signés Félix Berthin (George Sand).


J.P. Lepers nous a conseillé, pour devenir journalistes, d'être curieux : il faut, pour être un bon journaliste, aller vers les choses que l'on ne connaît pas au lieu de confirmer ce que l'on sait déjà. Il faut lutter contre les personnes pour qu'elles acceptent de se laisser interviewer. Il nous a aussi dit de lire les journaux même s'ils ne pensent pas toujours comme nous, et il nous a aussi dit qu'il ne fallait pas se décourager.

"On n'écrit jamais avec un stylo trempé dans du sirop", a-t-il dit (c'est en tout cas l'image).


Extrait signé Morgane Raviart (George Sand)


Quand il était jeune, J.P. Lepers a raté toutes ses études car il voulait être indépendant, gagner sa vie et vivre au jour le jour, parce qu'il dit que la vie est trop courte et unique pour la gâcher.

(...)

Pour en revenir au film, il y a un accent circonflexe sur le a de Madâme car Bernadette Chirac était comme une "reine". John Paul a eu du mal à interviewer Madâme car elle refusait toutes ses demandes.

(...)

Comme le dit notre professeur de français, c'est un journaliste sparadrap, mais ça, il le sait déjà car il se considère comme un journaliste gênant.


Extraits signés Margaux Thery (George Sand)


John Paul Lepers est devenu journaliste parce qu'il avait envie de raconter des histoires, d'avoir de nouvelles idées, de rencontrer et de montrer des gens peu connus et faire savoir que l'homme et le monde sont beaux.

Ses sujets préférés sont le monde animal -pour l'instant, ce sujet n'est pas exploité- et la politique. Il veut être indépendant et chercher ce que les hommes politiques ne veulent pas montrer ni faire savoir.

Actuellement sans poste de journaliste, il écrit des articles pour satisfaire son besoin de communiquer.

Il est venu nous voir pour faire partager son expérience. On peut retenir de cette interview qu'un journaliste doit avoir des idées de reportage et que, malgré la censure, il doit assumer ses publications.


Extrait signé Alexis Linassier (George Sand)


Commentaires

hip hop a dit…
John Paul Lepers a parlé de documentaire animalier de façon un peu amusé, je ne sais pas si cela correspond réellement à ses envies....
Agnès Dibot a dit…
Ah, commentaire très intéressant : pour ma part, je n'étais pas dans la salle au moment où il a été question de cela (en "interview" avec les journalistes de CP et/ou NR) , je ne peux apporter mon avis. Un élève se serait-il laissé prendre au second degré sans percevoir la nuance humoristique ? C'est possible, et j'avoue que cela m'étonnait de John Paul Lepers.
Mais j'ai appris à ne plus avoir d'opinion préconçue sur le monde animal, qui est d'ailleurs à l'honneur dans le Marianne de la semaine passée... Alors, si Marianne s'y intéresse, pourquoi pas un journaliste politique citoyen ?
Qui peut apporter une explication ?
Jacques a dit…
Moi, j'avais compris que Madâme était un documentaire animalier et qu'il voulait continuer la série avec le Sarkozis Vulgaris....