Dans le secret de la coulisse





A ne surtout pas divulguer autour de soi, encore moins dans les couloirs des ministères : il arrive que les profs, hors de leur classe, travaillent ! Ils se cachent bien sûr et ce n'est qu'au prix d'un gros effort d'investigation qu'on peut aujourd'hui lever un petit pan du voile.
Il est vrai que, quand il s'agit de lancer une classe journalisme, ils se méfient moins des appareils photos et consentent même à se montrer dans leurs réunions de week-end : ils savent que les journaux du lundi se préparent le dimanche et n'hésitent pas à avouer leur labeur dominical ordinaire quand celui-ci prélude à la venue d'un journaliste.
Nouvelle rencontre donc, entre les équipes de George Sand et Descartes avant la venue de John Paul Lepers le 18 septembre : au programme, la préparation de la projection du film "Madâme",les lignes de force du débat, le prolongement en classe...
Rendez-vous le 18 pour les élèves des deux classes pour traiter d'auto censure, de journalisme politique, pour comparer les médias autour de la notion de liberté. Avant de nouveaux week-ends de concertation...

Commentaires

severine a dit…
Tiens, tiens, je remarque que Mr Arfeuillère n'a pas changé de tee-shirt entre vendredi et samedi. C'est vraiment bien ce blog !
Dans une classe journalisme, on ne se contente pas de dénoncer les torchons, on parle aussi chiffons !
Agnès Dibot a dit…
Monsieur Arfeuillère n'a pas appris à se méfier des polos rouges : on en a guillotiné un pour port de pull-over rouge...
Mais c'était en... voyons.. 1976 ? L'année de la sécheresse... De l'eau a coulé sous les ponts depuis ce temps où l'on guillotinait à tout-va... Monsieur Arfeuillère peut dormir tranquille.
lydie a dit…
maintenant nous savons que nos professeurs travaillent (lol)