Au travail !




Nous ne nous étions pas rendu compte du travail qui nous attendait pour cette première réunion. Car si la plupart d’entre nous avons déjà participé à quelques journées de la presse, il est très différent de produire un magazine, comme des « pros ».
Et il y avait tant de choses à décider lors de notre première réunion de mardi : choisir les rubriques, se mettre d’accord sur le style du journal (faut-il être sérieux ou, au contraire, plus léger ?), comment intéresser nos futurs lecteurs, et bien d’autre choses, tous cela en seulement deux heures !
Pour répondre à toutes ces questions certains n’ont pas d’idées, et parmi ceux qui en ont, il y a les personnes qui s’expriment et celles qui jouent les timides et n’ouvrent pas la bouche. Bref, que de difficultés pour un début, et nous n’avons pas encore parlé du nom du magazine ! La dernière demie-heure, les idées fusent : on propose des « Au clair de la plume », « Le palais des découvertes » … Certains sont trop longs, quant à d’autres, on ne sait même pas d’où peuvent sortir des idées pareilles ( notamment un certain « Carottes râpées »). On vas parfois chercher très loin, on obtient ainsi un « Duvet, le journal des jeunes plumes ». Après des dizaines de propositions, on finit par reporter le choix à la semaine suivante.
Mais il reste encore à définir les premiers articles qui paraîtront et leurs rédacteurs. Au programme, on trouve des portrait, un dossier historique (le sujet final n’est pas encore défini), des interviews…
Quelques audacieux s’engagent, d’autre ne savent pas sur quoi écrire et pour plusieurs, le temps est compté. C’est qu’il faut rendre sa production avant de partir en voyage en Angleterre ! Cela laisse à peine deux semaines pour trouver des informations, rencontrer des gens, définir un angle d’approche…et écrire aussi.

Heureusement, des journalistes ne se découragent pas, tout sera près dans les délais. Car l’imprimeur n’attendra pas et on ne veut surtout pas que notre premier numéro ne paraisse pas.
Alors jusqu’à ce que tout soit bouclé, travail, travail !!! Et dans la bonne humeur s’il vous plait chers « collègues ».

Commentaires

Anonyme a dit…
On est au pied du mur... (Qui dira à qui appartiennent ceux-là ?)
Anonyme a dit…
Le titre "Au clair de la plume" est très joli... Très fleur bleue... Je regrette qu'il ne soit pas né chez nous... Combien le vendez-vous ?

Une anonyme de George Sand qui a reconnu les deux pieds sur la photo mais ne dira rien (c'était bien un jeu, non ?), tout en jugeant la pose parfaite pour illustrer le titre : "Au travail !". Léa a trouvé un compagnon de concentration, on dirait.
Les élèves vont objecter : "Wouarf, c'est pô des vraies, les converses !!!"
Ce blog se met vraiment à faire des pieds de nez aux conventions...
manon a a dit…
je vois que les jeux de mots ne sont pas seulement le luxe de Mr arfeuillère.^^
C'est vrai Alice qu'au niveau des titres, nous avons eu droit à tout. Mais dans l'ensemble, il ne faut pas trop se plaindre, 1 ou 2 méritent d'être retenus.
hum... certains timides qui n'osent pas prendre la parole. Mais de qui peux tu bien parler?
L'ambiance de la classe finira par avoir raison de leur timidté j'espère (je parle aussi pour moi...).
severine lenhard a dit…
Alice, je te fais confiance à toi et tes camarades pour trouver un titre percutant et subtil au magazine, (ce serait bien vendredi) surtout quand vous êtes encadrés par le roi du jeu de mot : M. Arfeuillère !
francis a dit…
j'aime bien "carrottes rapée" ,c'est très original et chacun peut l'interpréter comme il veut.......
Cassandre (descartes) a dit…
Il y avait "tagada" aussi, que j'aimais bien et "au clair de la plume" !!! On a plus qu'a travailler !!